Biographie

Né à Sainte-Feyre dans la Creuse en 1955, Yves Yger a découvert sur les bancs de l’école primaire les « leçons de choses ». Ce premier apprentissage scolaire des sciences naturelles, ainsi que la consultation du « Bonnier », austère bible des apprentis botanistes offerte par son père, l’incitent à aller plus loin dans la découverte de la nature, à s’exercer à identifier les plantes et les arbres, et à apprendre leurs noms et leur classification. Après d’ennuyeuses études de pharmacie, où il s’intéresse plus à la botanique qu’à la chimie, il s’installe en 1982 dans la campagne bretonne, et mène une sage carrière officinale au plus près du monde rural. C’est là aussi, au contact de ses patients, qu’il s’intéresse aux usages populaires des végétaux, aux histoires, contes et croyances qui font la matière et la richesse de l’ethnobotanique. Sa rencontre avec Bernard Coat, botaniste autodidacte passionné, est déterminante : il apprend grâce à lui l’histoire des botanistes explorateurs et celle des premiers « jardins des plantes », et prend conscience du bonheur qu’il y a à transmettre au grand public les savoirs naturalistes.
En 2008, l’amour et la nature conduisent Yves Yger à changer de vie : amateur de montagne et de grands espaces, il décide de s’installer en Savoie, dans la vallée des Entremonts en Chartreuse, une des « Mecque » de la flore alpine. C’est dans les Alpes qu’il rencontre des professionnels de la culture et de la cueillette des plantes médicinales, et, fort de son expérience médicale, crée en 2009 l’herboristerie de Chambéry qu’il tiendra une dizaine d’années.
Épris de théâtre, Yves Yger écrit pour la Compagnie Trompe-Jacqueline le spectacle « C’était un petit jardin », autour de l’univers topiaire, joué en extérieur pendant plusieurs années. En parallèle, il développe des conférences, articles et animations autour du monde des plantes, et devient chroniqueur pour le magazine Terre sauvage.
En 2015, réunissant ses goûts pour la randonnée, la botanique et le spectacle, Yves Yger invente le personnage du « Chemineau des Herbes », et part à pied en tournée sur les chemins de France, présenter ses « Causeries botaniques », dans les jardins remarquables, depuis celui de Rousseau, aux Charmettes, à Chambéry, jusqu’au Jardin des plantes de Nantes. En 2016, un nouvel itinéraire pédestre le mène des Alpes aux Pyrénées, en passant par le Jardin des plantes de Montpellier. En 2018, il traverse à nouveau la France, depuis la Savoie jusqu’au Mont-Saint-Michel. En 2019, un parcours solitaire de trois semaines le conduit au sommet du mont Ventoux, pour voir à nouveau le lever du soleil, sublime spectacle que son père lui avait offert cinquante ans plus tôt.
Partageant son temps entre Bretagne et Savoie, Yves Yger travaille sur de nouveaux projets de causeries et fables botaniques, au gré de ses rencontres pédestres.
En 2021, sa collaboration avec Florence Gendre, pour les éditions Elytis et Transboréal, donne à Yves Yger l’occasion de produire, à partir de ses lettres enflammées aux arbres, un magnifique livre illustré.

Lettres aux arbres, éditions Transboréal, Paris, 2021.

C’est une correspondance à nulle autre pareille, réunissant vingt-huit lettres qu’Yves Yger, marcheur, conteur et féru de botanique, a écrites aux arbres de sa vie. Vingt-huit lettres qui, de l’aubépine au tilleul, sont autant de rencontres avec une essence singulière. Ému par la défaite du buis face à la dévorante pyrale, agacé par le châtaignier qui refuse de lui livrer son cœur, reconnaissant envers le charme pour ses galantes alcôves, émerveillé par la palpitation de la sève qui monte dans le bouleau, l’épistolier naturaliste dépeint toute la variété des relations qui nous unissent aux arbres. Magnifiquement illustrées par le crayon de Florence Gendre, formée au dessin botanique dans les galeries du Muséum national d’histoire naturelle, ces lettres sont une ode à la nature.

Bibliographie récente

  • Lettres aux arbres, éditions Transboréal, Paris, 2021.

En pratique

Maison d’édition :
Éditions Transboréal