Skip to main content

Démissions en chaîne, refus croissant des « bullshit jobs », fuite des jeunes devant le salariat, tentation du repli dans le télétravail, méfiance vis-à-vis des grandes entreprises, réorientations en milieu de carrière : les interrogations sur le sens du travail se multiplient.

Alors que le président de la République avait célébré les « premiers de cordée », jugés plus utiles et payés en conséquence, la pandémie a provoqué un débat sur les travailleurs « essentiels », qui ne sont pourtant pas les mêmes. Quant à la crise écologique, elle impose de réorienter nos emplois vers des productions soutenables. En un mot, il est devenu fondamental de s’interroger sur le sens du travail et sur ce qui le nourrit – ou le détruit. Il est étonnant que cette question soit restée sous le radar des chercheurs en sciences sociales. Occulté par les travaux sur l’emploi et sa précarité, qui ont mobilisé les chercheurs face au chômage, le sens du travail n’est jamais questionné. Pourtant, il correspond à de puissantes aspirations sociales (réhabilitation du travail manuel, volonté d’exercer une activité vivante et utile), mais aussi démocratiques (autogouvernement du travail, gouvernance partagée). Qu’il soit relatif à la santé, à la productivité ou au care, le changement de paradigme auquel nous assistons avec le covid nécessite une redéfinition du travail et de son potentiel émancipateur.

Statisticien et économiste, Thomas Coutrot a dirigé le département Conditions de travail et santé au ministère du Travail. Porte-parole d’Attac de 2009 à 2016, il a notamment publié Libérer le travail. Pourquoi la gauche s’en moque et pourquoi ça doit changer (Seuil,
2018). Coralie Perez est socio-économiste du travail et de l’emploi, ingénieure de recherche au Centre d’économie de la Sorbonne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur la formation continue, les relations professionnelles et l’organisation du travail.

.

La rencontre

Quand ?
Mercredi 15 février, 19h

Où ?
La Base
Malraux Scène Nationale Chambéry

Le livre

Redonner du sens au travail
Seuil